La France suspend l’importation et la mise sur le marché des cerises traitées à l’insecticide « diméthoate »

Selon l’Arrêté du 21 avril 2016 :  » L’importation et la mise sur le marché en France de cerises fraîches destinées à l’alimentation en provenance d’Etats membres de l’Union européenne ou de pays tiers où l’utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant la substance active diméthoate est autorisée en traitement des cerisiers sont suspendues jusqu’au 31 décembre 2016. »

« Par dérogation … peuvent être importées ou mises sur le marché les cerises qui proviennent d’une production biologique…  » puisque, rappelons le, la réglementation en agriculture biologique interdit l’usage de produits chimiques de synthèse (pesticides, insecticides ….) avec toutes les retombées positives que cela suppose pour l’environnement et la santé du consommateur.

Ce texte vise, selon le ministère de l’Agriculture, à protéger les consommateurs, mais aussi les producteurs français qui risqueraient de souffrir d’une distorsion de concurrence en cas d’entrée sur le territoire de fruits provenant de pays utilisant toujours le diméthoate.

Risques inacceptables

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a interdit le 1er février la mise sur le marché du seul produit restant à base de diméthoate, le fabricant n’ayant pas fourni les précisions demandées alors qu’une évaluation a fait apparaître des « risques inacceptables » pour le consommateur, les cultivateurs ainsi que pour les oiseaux et les mammifères.

Selon l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments « les données disponibles au niveau européen sur l’utilisation du diméthoate ne sont pas suffisantes pour exclure clairement un risque pour la santé des consommateurs »

cherry-167341_640

Stéphane Le Foll a demandé fin mars à Bruxelles d’interdire le diméthoate dans l’ensemble de l’UE, faute de quoi la France aurait recours à la clause de sauvegarde.

A ce jour, seules l’Espagne et l’Italie ont emboîté le pas à la France et interdit ce produit, selon le ministère.

Le dernier recours à une clause de sauvegarde par la France remonte à 2012 et visait l’insecticide Cruiser, jugé dangereux pour les abeilles.

Dépassements des limites maximales de résidus

Le ministère de l’Agriculture français met en avant deux éléments préoccupants à propos de cet insecticide :

– d’une part, les limites maximales de résidus (LMR*) actuelles fixées pour les cerises ne sont probablement pas suffisantes pour assurer la protection des consommateurs.

– d’autre part, dans toute l’UE y compris en France, on observe régulièrement des dépassements de ces limites maximales de résidus (le diméthoate étant la première substance en termes de dépassement selon le dernier rapport de l’AESA**)

Par ailleurs, les autorités sanitaires françaises et européennes se sont heurtées plusieurs fois au refus de la société danoise Cheminova, productrice de l’insecticide, de leur transmettre les données sur leur produit.

*Dans le domaine de l’alimentation, une limite maximale de résidus (LMR) est un seuil réglementaire de concentration de résidus de produits pesticides, biocides ou de médicaments vétérinaires, au delà duquel la commercialisation d’un produit alimentaire n’est plus autorisée, qu’il s’agisse de denrées destinées à l’alimentation humaine ou à l’alimentation animale. Les LMR sont établies après une évaluation des risques.

** AES : Agence Européenne de Sécurité des Aliments

Sources : Journal Officiel – Agence Bio – Rédaction web iTELE avec Reuters et AFP

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s